Une sortie de crise burundaise à l’européenne, dixit Ambassadeur Wolfram

Yanditswe na
Kuya 10 mai 2017 saa 11:52
Yasomwe : 1620
0 0

L’Union européenne a célébré ce mardi 9 Mai le 60ème anniversaire de la Signature du Traité de Rome qui a créé la Communauté Economique Européenne (CEE). Dans un Discours qu’il a prononcé à cette occasion, l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi, Wolfram VETTER est revenu sur la situation sécuritaire du Burundi qui ne s’est pas encore normalisée depuis les événements en 2015.

Selon lui, la sécurité qui est revenue reste superficielle et fragile, en témoigne les violations de droits de l’homme, les cas de tortures, les disparitions qui continuent à être rapportés, l’espace politique et l’espace pour les medias et la société civile qui sont fortement réduits.

Ambassadeur Wolfram trouve que l’histoire de l’Europe du 20ème siècle peut inspirer ceux qui cherchent une sortie durable de cycles de violence.

« Après deux guerres mondiales qui ont fait des millions de morts, Robert Schuman et sa génération avaient décidé de faire de la réconciliation une priorité. La génération Schuman a promu une entente entre les anciens ennemis pour mettre ainsi fin aux cycles de haine et de violence. », a rappelé Ambassadeur Wolfram, et de souligner que l’union Européenne reconnait l’importance de la Commission Vérité et Réconciliation au Burundi :

« Pour sortir des cycles de violence et pour construire une paix durable, il faut reconnaître ses torts et ses responsabilités mais aussi avoir la volonté de se réconcilier. C’est pour cette raison que l’expérience de l’Europe nous permet de souligner l’importance de la Commission Vérité et Réconciliation. Nous espérons que les conditions pour qu’elle puisse effectuer son travail avec efficacité seront remplies très bientôt. »

L’UE soutient la médiation régionale

Selon toujours Ambassadeur Wolfram, les efforts de la médiation et de la facilitation de la sous-région restent primordiaux pour organiser un dialogue inclusif inter-burundais.

« L’ex Président Tanzanien Benjamin Mkapa sous les auspices du président Ougandais doit avoir tout le soutien possible et il est essentiel que toutes les parties prenantes, sans exceptions, démontrent leur volonté politique de participer sans pré-conditions. Ce dialogue devrait aboutir à une feuille de route pour une sortie de la crise. »

Alain Aimé NYAMITWE, Ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationales, qui avait représenté le Gouvernement burundais dans ces cérémonies, n’a pas été du même avis que l’Ambassadeur de l’Union Européenne. D’après lui, la sécurité est une réalité au Burundi, un pays qui est en paix.


Kumenyekanisha

TANGA ICIYUMVIRO

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKWA RY’ICIYUMVIRO CAWE

Kumenyekanisha

Kumenyekanisha
Kumenyekanisha

Kumenyekanisha